Conseils e Information pour dormir

Idée générale sur le sommeil des jeunes adultes

L’Institut Nationale de Prévention et d’Education pour la Santé a realisé une étude sur le sommeil des jeunes adultes. Cette étude a permis d’avoir une idée générale sur le sommeil des jeunes adultes pour poursuivre la mise en place d’actions de communication en santé publique, afin de développer l’information et l’éducation de tout un chacun à une bonne hygiène du sommeil.

Selon l’INPES la majorité des personnes interrogées déclare des horaires réguliers de sommeil, les personnes en dette de sommeil et les insomniaques ont des habitudes moins régulières. De même, ils sont plus nombreux à pratiquer certaines activités défavorables à l’endormissement que les personnes ayant un sommeil suffisant.

Cette étude a démontré que les insomniaques et les personnes en dette de sommeil ont des habitudes plus irrégulières:  74 % des personnes de 25-45 ans ont des horaires de sommeil relativement réguliers en semaine qui se dérégulent le week-end (55 % de réguliers) et durant les vacances (49 % de réguliers). Ce qui ne semble toutefois pas due à un calcul rationnel du nombre d’heure de sommeil estimé nécessaire car seul un tiers des personnes interrogées calcule l’heure de son coucher en fonction de l’heure du lever, un autre tiers attend de finir ce qu’il était en train de faire quelque soit l’heure et un autre tiers enfin attend d’être fatigué pour se coucher.

En effet, les personnes en dette de sommeil ont des habitudes de sommeil deux fois plus irrégulières que la moyenne et cela même durant la semaine (46 % irréguliers contre 26 %). Les sorties en semaine ne semblent pourtant pas être à l’origine de cette dérégulation du sommeil des personnes insomniaques ou en dette de sommeil puisqu’elles ne sortent pas plus ni plus tard que les autres.

Près de 80 % se couchent avant minuit et le temps d’endormissement moyen est de 19 minutes. Les vacances sont plus propices au relâchement : seuls 48 % conservent des rythmes réguliers et 50 % en profitent pour pratiquer la sieste.

Létude a dmontré aussi que  plus de 2 Français âgés de 25-45 ans sur 3 consomment des excitants après 17h, que ce soit du tabac (29 %), du café (27 %), de l’alcool (26 %) ou encore du coca-cola (22 %) ou du thé (21 %). Les insomniaques sont plus nombreux (73 %) à en consommer que les autres.

Durant l’heure précédant le coucher, regarder la télévision est une activité très largement répandue.

La majorité des personnes interrogées (5 6%) estime que regarder la télévision les aide plutôt à dormir. Près de 3 personnes interrogées sur 4 (74 %) ont l’habitude de la regarder avant d’aller se coucher et plus de la moitié (54 %) le fait toujours ou très souvent. En moyenne, ils la regardent 1h30. Un quart des personnes interrogées (24 %) la regarde dans son lit et 14 % s’endorment devant la télévision allumée.

Les insomniaques et les personnes en dette de sommeil sont aussi nombreux à regarder la télévision que ceux qui dorment suffisamment mais ils la regardent plus longtemps (respectivement 17 % et 21 % qui la regardent plus de 2h, par rapport à 11 % pour les personnes dormant suffisamment).

Surfer sur Internet : une activité pratiquée surtout par les insomniaques et les personnes en dette de sommeil, 35 % des Français surfent sur Internet ou jouent à des jeux vidéo durant l’heure précédant leur coucher. Cette activité est pratiquée toujours ou très souvent par 28 % des individus interrogés.
Les insomniaques et les personnes en dette de sommeil sont plus nombreux à surfer ou à jouer (respectivement 40 % et 42 %) alors qu’ils pensent, en majorité, que cela les empêche de dormir (respectivement 56 % et 54 %).

Lire: Une activité pratiquée avant le coucher par la moitié des Français de 25-45 ans
Une personne sur deux a l’habitude de lire durant l’heure précédant son coucher et plus d’un quart de l’échantillon (28 %) le fait toujours ou très souvent. Lire est considéré comme une activité aidant plutôt à dormir par 85 % des personnes qui la pratiquent. Parmi ceux qui lisent avant de s’endormir, 84 % (soit 41 % de l’ensemble de l’échantillon) le font dans leur lit pendant en moyenne 38 minutes.

Des produits pour aider à dormir
13 % des Français prennent des produits, quels qu’ils soient, pour les aider à dormir (dont la moitié de façon régulière). Ces produits sont en majorité des psychotropes (54 %), loin devant les tisanes (18 %) ou l’homéopathie (17 %). Les insomniaques y ont plus recours que les autres (34 %).

Rendormez-vous comme au Moyen Âge.

L’insomnie est l’un des problèmes les plus courants qui affectent notre bien-être aujourd’hui. Les personnes qui se plaignent du manque de sommeil mentionnent principalement deux types de situations différentes. D’un côté, il y a ceux qui ont du mal à s’endormir. Alors que beaucoup d’autres se plaignent de se réveiller au milieu de la nuit après seulement 4 ou 5 heures de sommeil et ont de la difficulté à se rendormir.

Pour ceux d’entre vous qui sont préoccupés par ce deuxième type d’insomnie, vous devriez savoir que votre habitude de sommeil n’est peut-être pas du tout un trouble comme l’insomnie.

Au Moyen-âge, les gens se couchaient tous les jours avec l’arrivée des ténèbres.

Après plusieurs heures de sommeil, ils se réveillaient et passaient du temps éveillé. Ce temps était souvent utilisé pour les tâches ménagères ou pour l’intimité, entre autres. Après environ une heure d’activités, ils retournaient au lit pour faire un nouveau somme jusqu’à l’aube.

Avec l’avènement de la révolution industrielle et de l’éclairage artificiel, les gens ont cessé de dormir la nuit. Nous avons commencé à nous habituer à travailler avec des horaires variés. C’était un changement complet dans nos habitudes de sommeil. Peu à peu, l’idée de dormir en deux phases a été abandonnée. Quelque chose que l’on considère aujourd’hui comme un trouble qui doit être guéri a été pendant des siècles la façon la plus commune et naturelle de dormir.

Pour tous ceux qui ont tendance à se réveiller tôt le matin et à avoir du mal à se rendormir, le retour à cette routine médiévale peut être la solution. Au lieu de rester au lit tout ce temps, essayez de vous lever et de faire quelque chose d’actif. Cependant, il est important de garder à l’esprit que pour se rendormir plus tard, il faut éviter les actions très stimulantes ou stressantes ainsi que l’utilisation d’écrans ou beaucoup de lumière. Sinon, votre corps sera entièrement activé et vous ne pourrez pas vous rendormir facilement. Pendant cette pause, vous pouvez profiter de l’occasion pour lire un livre ou effectuer certaines tâches ménagères que vous avez laissées en suspens. De cette façon, vous profiterez au maximum du temps que vous passez à tourner dans votre lit, évitez de vous stresser et finissez par vous reposer suffisamment.

 

Des carottes pour lutter contre le vieillissement

Prenez soin de votre alimentation et vous profiterez d’une vie longue et saine. Tout le monde a déjà entendu ce mantra populaire, tout comme nous pouvons pratiquement tous dire quels aliments sont les plus sains et lesquels le sont moins. Les légumes en sont un bon exemple. Cependant, ils ne sont pas toutes aussi nutritives.

Pour lutter contre le vieillissement et prendre soin de votre santé, vous n’avez pas besoin de recourir à des aliments coûteux ou exotiques. Un de ceux qui vous donneront plus de propriétés est la carotte. Ce légume très courant est particulièrement recommandé pour sa haute teneur en bêta-carotène, un pigment et caroténoïde responsable de la couleur orange caractéristique des carottes.

Un des avantages du bêta-carotène est que notre corps peut le transformer en vitamine A. Ce type de vitamine est directement lié à notre système immunitaire, à notre vision, à la reproduction ou à la communication entre les cellules. Manger des aliments qui peuvent fournir de la vitamine A est particulièrement important parce que notre corps n’est pas capable de la produire tout seul.

De plus, ce pigment de la carotte est également un antioxydant qui protège les cellules du vieillissement. En plus de garder vos cellules jeunes, ce pigment combat également la dégénérescence maculaire, c’est-à-dire les problèmes de vision qui surviennent en raison du vieillissement. Évidemment, la variété blanche de carottes n’a pas ce pigment. Mais si vous les consommez, vous bénéficierez de leur teneur en carotatoxines, un nutriment qui protège contre le cancer.

Quand il s’agit de manger des carottes, les manger crues est toujours la meilleure façon de conserver tous leurs nutriments. Si vous les préparez dans une recette, la façon de les cuire et de perdre le minimum d’éléments nutritifs est de les utiliser entières, sans les couper. Au fur et à mesure qu’elle est hachée, elle augmente la surface de la carotte qui entre en contact avec l’eau et dilue les nutriments.

Maintenant que vous connaissez mieux tous les bienfaits de la carotte, n’oubliez pas de l’inclure plus souvent dans votre alimentation!