Vous êtes plutôt hibou ou marmotte?

Vous ne dormez pas de toute la nuit ou bien vous ne pouvez pas sortir du lit ? Nous vous expliquons pourquoi vous êtes un hibou ou bien une marmotte.

buho-o-marmota

Le besoin du nombre d’heures de sommeil est différent pour chaque personne. Il y a des personnes qui avec 7 heures de sommeil sont frais comme des laitues alors que d’autres indiquent qu’ils ne sont pas « frais » s’ils ne dorment pas au moins 9 heures par nuit. Par exemple, Le scientifique Albert Einstein avait besoin de dormir environ 11 heures par jour pour être à 100% alors que Napoléon avait besoin que de 6 heures pour diriger l’Empire français.

Pourquoi les besoins de sommeil peuvent être si différents pour chacun d’entre nous ?

La réponse à cette question à été trouvée par des chercheurs allemands et écossais qui ont publiés en 2011 dans le magazine Molecular Psychiatry une étude qui indiquait l’existence d’une variante génétique appelée ABCC9 qui pourrait être en relation avec un besoin plus important de dormir chez certaines personnes par rapport à d’autres. L’étude, réalisée sur 10.000 européens, indique qu’une personne sur 5 aurait ce gène.

Ont participé à cette étude des habitants Ecossais, Croates, Hollandais, Italiens et Allemands. Chaque participant a répondu à des questions sur leurs habitudes de sommeil, s’ils prenaient des médicaments pour dormir ou quels étaient leurs horaires de travail. Des prises de sang ont aussi été nécessaires pour analyser l’ADN.

choisir matelas 1Quand les chercheurs ont comparé ces informations avec les résultats des analyses génétiques, ils ont découvert que les personnes qui avaient la variante ABCC9 avaient besoin de plus d’heure de sommeil que la moyenne normal de 8 heures.

« Cette découverte sur la biologie du sommeil est importante pour pouvoir découvrir les effets de la conduite du sommeil sur la santé, c’est pourquoi, beaucoup dormir ou dormir peu est associé à des problèmes de santé comme l’hypertension, obésité et maladie cardio-vasculaire », de là essayer de comprendre la relation entre le sommeil et ces maladies sont très importantes, explique Jim Wilson, un des auteurs de l’étude.