Conseils e Information pour dormir

sommeil trouble

Syndrome de la fatigue chronique : Comment l’identifier et le combattre ?

Le syndrome de la fatigue chronique ou aussi dénommé SFC, est un trouble très complexe et destructeur. Parmi ces symptômes se place la fatigue extrême, souffrant de manière continue et intense et qui ne s’améliore pas avec le repos, handicapant notre journée et diminuant notre développement physique et mental.

Fatiga-crónicaLes causes sont inconnues, mais nous connaissons les possibles déclencheurs de ce trouble, comme les infections (virus d’Epstein-Barr, virus de l’herpès humain 6, rubéole,…), troubles immunitaire, stress, toxines, déficience nutritionnelle ou traumatisme.

Son diagnostique, après 6 mois de souffrance, peut être mal diagnostiqué ou oublié, puisque les symptômes sont assez semblables à d’autres troubles ou maladies. Mais si des examens complets sont réalisés pour ce type de symptômes, le diagnostique pourra nous aider à différencier le syndrome de fatigue chronique des autres maladies et ainsi la combattre.

Les symptômes les plus fréquents sont :

  • Fatigue intense, épuisement extrême et maladies suite à des activités physiques ou mentales.
  • Problème de sommeil.
  • Douleurs : tête, muscles, articulations et gorge.
  • Haute sensibilité au niveau des ganglions lymphatique du coup ou des aisselles.
  • Problèmes de mémoire et concentration.
  • Difficulté à maintenir une position droite.
  • Problème d’équilibre, évanouissement, étourdissement, allergies, sensibilité à certains aliments, odeurs ou bruits.
  • Syndrome du colon irrité.
  • Frisson et sueur nocturne.
  • Irritabilité et changement d’humeur.

Comment le combattre ? Réellement le syndrome est si complexe qu’il n’existe pas de solution ou de médicaments spécifiques pour le traiter, mais, avec une bonne équipe médicale qui va surveiller fréquemment l’état du trouble, les symptômes devraient être plus contrôlés.

Certaines options pour le traitement et maniement du SFC son :

  • Traiter les symptômes les plus perturbants en premier lieu (douleurs, évanouissement et problème de sommeil),
  • Surveiller l’usage de médicaments et suppléments alimentaire,
  • Contrôler l’activité physique journalière et élaborer un plan d’exercice personnalisé,
  • Planifier une étude psychologique et des thérapies en groupe
  • Ingérer certains types d’aliments qui peuvent aider (hydrates de carbone complexe, grande source d’énergie, les protéines, les minéraux et les vitamines pour accélérer le métabolisme)

Chez les enfants et adolescents, ils existent un pourcentage d’infection (entre 0.2 % et 2.3%) qui peut prévaloir plus selon l’âge avancé de l’enfant. Il est plus probable qu’il apparaisse après une maladie aigue comme la mononucléose, et apparait de manière progressive.